Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 80 le Mar 24 Déc - 4:50
Statistiques
Nous avons 722 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est tundra111

Nos membres ont posté un total de 6683 messages dans 803 sujets
Les posteurs les plus actifs du mois


La Grande Nacre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Grande Nacre

Message par Sébastien le Mer 16 Juin - 5:52

[g][s]La Grande Nacre[/s][/g]

La Grande Nacre (Pinna nobilis) est un des plus grands mollusques bivalves existant dans le monde (longueur parfois supérieure à 1 m.). Endémique de Méditerranée, souvent décrite dans l'infralittoral entre 0.5 et 50 mètres, cette espèce a grossièrement la forme d'un triangle.

Elle vit enfoncée dans le sédiment sur environ le tiers de sa longueur. Inféodée à l'herbier de posidonies (Posidonia oceanica) elle peut vivre également dans la pelouse de cymodocées (Cymodocea nodosa).

Longtemps exploitée par les romains qui tissaient des vêtements à l'aide de son byssus et fabriquaient des boutons avec sa nacre, elle est aujourd'hui menacée par la régression des herbiers de phanérogames marines, par les ancres des bateaux qui brisent sa coquille ou prélevée par les plongeurs amateurs de souvenirs.

Les effectifs régressent également à cause des aménagements de notre littoral (plages artificielles, ports gagnés sur la mer, endigages, etc.) qui détruisent les herbiers et recouvrent les lieux de reproduction par petits fonds.
La pollution, due aux rejets d'eaux usées, tue les larves et limite le recrutement annuel des jeunes.
Quelques spécimens résistent cependant sur les côtes provençales, dans l'archipel des Embiez, les îles d'Hyères, les îles de Lérins, et en Corse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[s]Mode de vie[/s]
Ecomorphose, déplacement et capacité à se redresser
Les nacres sont implantées dans le sédiment (1/3 inférieur ou plus selon l'hydrodynamisme) et inclinées vers le courant.
Elles filtrent leur nourriture : particules vivantes (plancton) ou mortes (matière organique).
Le fouissage du sédiment permet un dépot de particules organiques.
Les jeunes individus se camouflent à l'abri de l'herbier de posidonies. Leur partie supérieure est garnie d'épines.

La coquilles des nacres à découvert présentent des excroissances calcaires.
Les filaments de byssus fixés dans les grains de sable, et le pied permettent à la Pinna d'effectuer des déplacements plus ou moins importants. Couchée dans le sable, la nacre est capable de se redresser et de se replanter.


[s]Prédateurs: [/s]
[g]L'homme[/g]

Nombreux sont les plongeurs qui prélèvent la nacre dans son milieu naturel. Ainsi des populations entières ont été décimées. Les chaluts sont également responsables de sa raréfaction.
Pourtant Pinna est une espèce protégée (voir rubrique protection) et ne se conserve pas très bien dans le temps (valves fragiles et cassantes). Prélever une nacre revient également à extraire de leur milieu tous les organismes épibiontiques qui sont logés sur sa coquille ou au sein même de ses branchies....

De plus, les ancres des bateaux brisent d'un seul coup la coquille des nacres, les rendant particulièrement vulnérables aux prédateurs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[s]Utilisation commerciale:[/s]

La nacre

Pendant longtemps la nacre fût exploitée pour la fabrication de boutons en Calabre, en Sicile et à l'île de Malte.
P. nobilis peut sécréter des perles de couleur rougeâtre, ne possédant aucune valeur marchande.
Les particules pénétrant entre le manteau et la coquille provoquent parfois la formation, par les cellules de l'épithélium externe du manteau, d'un sac perlier qui va sécréter des substances s'arrangeant en couches concentriques fines autour du noyau constitué par le corps étranger : grains de sable ou déchet quelconque vivant, mort ou inorganique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[s]Protection de l'espèce:[/s]
Réseaux, groupements d'etudes, décrets...
P. nobilis est placée sur la liste des Invertébrés protégés par une interdiction de pêche selon l'arrêté du 26 novembre 1992. Elle sera également citée dans la législation communautaire (annexe IV de la directive habitat 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que la flore et la faune sauvage).

Les prélèvements intensifs antérieurs à la législation étaient essentiellement à but touristique ; les coquilles étaient vendues peintes ou natures, pour servir de décoration, d'appliques murales ou de plats à poissons. En Yougoslavie, les prélèvements annuels de Pinna à ces fins étaient estimés à 5 tonnes.

Actuellement, malgré la réglementation, certains prélèvements ont lieu en particulier dans les zones protégées. Il en coûte au contrevenant une forte amende assortie d'un procès.

La réimplantation de P. nobilis dans les réserves littorales, dans les secteurs occupés par un herbier florissant ou encore dans des zones en cours de restauration permettra d'envisager une recolonisation du littoral par cette espèce qui peut être considérée comme un excellent indicateur biologique de la santé du littoral méditerranéen au même titre que Posidonia oceanica qui constitue son biotope de prédilection. (N. VICENTE, B. DE GAULEJAC, 1993)

Il s'avère, plus que jamais nécessaire de développer et faire fonctionner un Réseau Méditerranéen d'Observation, d'Etude et de Protection (R.E.M.O.E.P.P.) de Pinna nobilis afin de recenser les populations du pourtour méditerranéen et de connaître leur état actuel.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Sébastien
Admin
Admin

Messages : 1680
Réputation : 24
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 30

http://passionnautisme.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum